Se former pour devenir éducateur comportementaliste canin

L’éducation d’un chien par un professionnel est dévolu par définition à un éducateur canin. Si son intervention répond tout à fait au besoin d’inculquer les bases d’un bon comportement à l’animal, tout autant qu’à son maître d’ailleurs, elle s’avère insuffisante face à un chien « à problèmes ».

En tant que « psy pour chiens », le comportementaliste est le spécialiste de la relation homme-animal. Il est au chien ce qu’est le pédopsychiatre à l’enfant. Son rôle est d’ordres divers :

  • analyser la relation entre le chien et son maître ;
  • étudier les raisons du comportement de l’animal ;
  • trouver la solution adéquate permettant de rétablir une relation harmonieuse.
Documentation

Au contraire de l’éducateur canin dont les compétences sont validées par un brevet professionnel depuis 2005, il n’existe toujours pas de diplôme reconnaissant ses capacités. Inutile donc de dire que, face à la demande de plus en plus élevée dans ce domaine, les formations de comportementaliste se sont mises à fleurir et qu’elles ne présentent pas toutes le sérieux que l’on serait en droit d’en attendre au vu de leurs tarifs, d’autant qu’elles sont assurées exclusivement par des écoles privées.

Un organisme a cependant retenu notre attention du fait qu’il est accrédité par l’Etat : son enregistrement au RNCP (Répertoire National des Certifications Professionnelles) est validé par un arrêté publié au Journal Officiel. Rappelons que les inscriptions au RNCP sont effectuées par la Commission Nationale de la Certification Professionnelle, elle-même placée sous l’autorité du ministre chargé de la formation professionnelle. Cela signifie entre autres que la formation est adaptée au marché de l’emploi et qu’elle est reconnue sur l’ensemble du territoire national. L’intitulé exact de cette formation est « Comportementaliste-Médiateur pour Animaux de Compagnie ».

Nous prendrons donc le programme de cet organisme pour donner un exemple de la façon dont une formation d’éducateur-comportementaliste doit être conçue.

Conditions d’admission

  • Etre âgé d’au moins 18 ans ;
  • Etre titulaire d’un Baccalauréat sans rapport avec le domaine animalier ou médico-social ; dans ce cas 3 modules de 5 jours de mise à niveau devront être effectués avant l’entrée en formation ;
  • Ou être titulaire d’un Bac ou d’un diplôme de niveau IV du domaine animalier ou médico-social ; un module (5 jours) d’entrée dans la certification sera effectué avant la formation.

Objectifs de la formation

Des connaissances à la fois en éthologie (science du comportement) et en psychologie (étude des processus mentaux et des faits psychiques) sont nécessaires pour exercer le métier d’éducateur comportementaliste ; non seulement la psychologie animale, mais également la psychologie humaine puisque les deux sont intimement liées dans l’incompréhension entre le chien et son maître.

Le rôle du comportementaliste est donc de décrypter ce qui doit être modifié (et la façon de procéder) dans le comportement de l’animal et dans celui du propriétaire à son égard.

Le contenu de la formation théorique

Après le module d’entrée dans la certification ou les trois modules de mise à niveau selon le profil de l’élève, la formation proprement dite comporte une partie « Pratiques professionnelles » constituée de six modules de cinq jours, suivie d’une partie « Orientation professionnelle » de trois modules de cinq jours. Ce dernier offre le choix entre une option « Comportement animal » et une option « Médiation animale ».

L’une comme l’autre de ces options donne accès à la certification. Les deux options ne peuvent pas être suivies au cours de la même session, mais il est possible de les suivre successivement dans le cadre d’une nouvelle inscription à la formation.

Les thèmes abordés dans les divers modules sont les suivants :

  • Les fondamentaux des comportements des chiens et chats ;
  • Education canine et comportement ;
  • Socialisation du chien domestique ;
  • Alimentation, génétique et comportement ;
  • Capacités sociocognitives du chien ;
  • L’animal dans la famille ;
  • Ethique et bien-être animal ;
  • Comportements problématiques ;
  • Prévention des morsures ;
  • Utilisation du clicker ;
  • Chimie du cerveau et psychotropes ;
  • Entretien et communication humaine ;
  • Installation en tant que comportementaliste ;
  • Travaux dirigés.

La formation pratique

Un stage de 15 jours doit être effectué pour chaque option. L’élève bénéficie de l’aide de l’équipe pédagogique pour la recherche du lieu de stage.

La certification

Elle est obtenue au terme d’évaluations successives.

  • Evaluation sous forme de QCM, d’une étude de texte ou d’une étude de cas à la fin des modules de mise à niveau pour les titulaires d’un baccalauréat général ; l’accès à l’ensemble de la formation est conditionné par la validation de cette évaluation.
  • Diverses évaluation (également sous forme d’étude de cas, d’étude de texte ou de QCM) ont lieu tout au long des modules de pratiques professionnelles et d’orientation professionnelle.
  • Selon l’option choisie : épreuve de simulation d’une visite comportementale (2 heures) où le stagiaire tient successivement le rôle du client, du comportementaliste et de l’observateur ou épreuve de mise en place ou de déroulement d’une action de médiation animale.
  • Epreuve pratique (1 heure) d’exercices en extérieur et à l’intérieur d’une habitation et dans des situations variées avec un chien inconnu du stagiaire.
  • Rédaction d’un document d’au moins 15 pages, en fin de session de formation, permettant de démontrer l’acquisition des compétences.
  • Rapport de stage d’au moins 4 pages.

Les six modules « Pratiques professionnelles » doivent être validés pour l’obtention de la certification. Cette dernière est également accessible par la voie de la VAE.

L’exercice de la profession

L’éducateur comportementaliste canin exerce généralement à son compte. Pour une plus grande rentabilité, il associe la plupart du temps cette activité à une autre : pension, élevage…

Il est surtout sollicité par les particuliers mais peut également intervenir dans les métiers utilisant des chiens de travail (pompiers, aide au handicap, police…) ou des clubs canins.